Osteoporose: un problème de santé public (aussi pour les hommes)

Ostéoporose chez l’homme

L’ostéoporose chez l’homme est un problème de santé publique, même si ils ne sont souvent pas informés à ce sujet. Environ 20% de toutes les fractures de la hanche surviennent chez les hommes, et le taux de fractures vertébrales est environ à moitié aussi élevé que ceux des femmes. Cependant, la morbidité et la mortalité causée par une vertèbre ou fémorale fracturée est plus élevée que chez les femmes. La forme la plus commune de l’ostéoporoe secondaire chez l’homme est principalement l’hypogonadisme, l’alcoolisme, le myélome multiple, l’hyperparathyroïdie, la malabsorption, et l’usage de corticostéroïdes.

Qu’est-ce que l’ostéoporose?

L’Ostéoporose est un trouble squelettique caractérisée par une faible masse osseuse (osteopenia) et des altérations qualitatives accompagnées d’une augmentation du risque de fracture. Ces formes dites « primitives » se développent après la ménopause (ostéoporose post-ménopausale) ou avec l’âge (ostéoporoe sénile). L’ostéoporose secondaire peut être causée par un grand nombre de maladies (hyperparathyroïdie , l’hyperthyroïdie , l’anorexie , la polyarthrite rhumatoïde , l’insuffisance rénale chronique) ou d’usage fréquent de certains médicaments (tels que les stéroïdes ou immunosuppresseurs , par exemple).

Epidémiologie de l’ostéoporose

Les chances de développer l’ Ostéoporose augmentent avec l’âge, et touchent le plus souvent les personnes âgées de plus de 80 ans. Aujourd’hui, on estime qu’une femme sur 3 et 1 homme sur 50 ont eu des fractures Ostéoporotiques. Comme le pourcentage de personnes âgées augmente, on s’attend à une hausse du taux d’Ostéoporose.

Des coûts alarmants

En Europe, les coûts pour les fractures ont dépassé toutes attentes: Chaque année, un total de 39 milliards € sont dépensés, plus de la moitié pour des fractures de la hanche. Les coûts directs pour le traitement de nouvelles fractures est d’environ 26 milliards de dollars, tandis que 11 sont consacrés à l’aide et soins à long terme des patients atteints de fractures et enfin, 2 sont dépensés pour les médicaments.

Fractures

Globalement, l’ostéoporose provoque plus de 8,9 millions de fractures chaque année, soit l’équivalent d’une fracture toutes les 3 secondes. Environ 20-25% des fractures surviennent chez les hommes. Les fractures ostéoporotiques sont une cause majeure de mortalité chez les personnes âgées, sa fréquence est similaire à celle des attaques d’apopléxie et le taux du cancer du sein et 4 fois plus élevé que pour le carcinome de l’endomètre. 50% des femmes ayant subi une fracture du fémur présentent également une réduction considérable de l’autosuffisance et, dans environ 20% des cas, nécessitent une hospitalisation de longue durée.

Les facteurs de risques les plus importants pour les chutes sont :

  • Un environnement familial à risques;
  • Des chutes précédentes;
  • La peur de tomber;
  • La prise de certains médicaments (anxiolytiques, antidépresseurs);
  • Les modifications de la mobilité;
  • Les problèmes de vision;
  • L’isolement social;

Prévention de l’ostéoporose

Certains facteurs importants ont un impact drastique sur la réduction du risque de développement de l’ostéoporose:

  • Un apport suffisant de calcium pendant l’enfance et l’adolescence contribuant ainsi à une réalisation optimale de l’ossification;
  • Un apport adéquat en calcium dès l’âge de 20 ans, ainsi qu’une activité physique suffisante;
  • Éviter de fumer et d’abuser de l’alcool;

La densitométrie osseuse est considérée utile pour les femmes de plus de 65 ans, tandis que ce test est recommandé pour les hommes et femmes de moins de 65 ans seulement si ils présentent un ou plusieurs facteurs de risque, notamment la ménopause prématurée (<45 ans), la maigreur (<57 kg), le tabagisme et les états morbides (ainsi que l’utilisation de médicaments tels que les corticoïdes) qui peuvent potentiellement provoquer l’ostéoporose.

 

Picture of Gianluca Tognon

Gianluca Tognon

Gianluca Tognon est un biologiste spécialisé en science alimentaire. Il a travaillé comme chercheur à l'Université de Göteborg (Suède) et il einsegne au Master en nutrition humaine à l'Université de Pavie. En Italie, il a publié cinq livres sur divers sujets liés à la nutrition et à la nutrition et est co-auteur de nombreuses publications scientifiques dans des nombreuses revues internationales.

Laissez un commentaire

Sign up for our Newsletter

Nous n’envoyons jamais de Spam
HAUT
Shares