Les publicités alimentaires visant les enfants: interdire ou ne pas interdire? C’est une très bonne question!

Siblings making sandwich

par Gianluca Tognon

Étant né et ayant grandi dans le pays natal du Nutella, je suis bien habitué à la publicité alimentaire visant les enfants ainsi qu’à  l’efficacité de cette publicité – la famille qui possède  la célèbre compagnie de patte à tartiner a longtemps été la plus riche famille en Italie.

Notamment, les résultats de l’étude européens « IDEFICS » sur les enfants, dont je suis également impliqué, ont  récemment révélé que la consommation de boissons sucrées a été prédite par l’exposition à  la publicité télévisée indépendamment des normes alimentaires parentales. Le temps passé à regarder la télévision et l’exposition à des publicités contribué à cette association. Par ailleurs, dans une autre publication de la même étude, les enfants ayant des comportements à haut risque envers la télévision ont été reportées comme plus en surpoids que les enfants qui ne présentent pas ces comportements. Pas de surprise ici: les Jeunes enfants, contrairement aux adultes, ne peuvent pas comprendre le but (et les risques associées) de la publicité. De plus, les jeunes enfants ne sont évidemment pas familier avec le concept de la vente et aussi ils ont tendance à croire ce qu’ils voient.

Les chercheurs et les défenseurs de la santé des enfants sont d’accord sur le fait que la publicité de la malbouffe pour enfants est très efficace. Des enfants de préscolaire rapportent  que la malbouffe dans les emballages de marque a meilleur goût que les aliments dans un emballage simple, même si c’est le même produit. Les enfants semblent donc être particulièrement vulnérables à la tromperie par des techniques de publicité communes.

Dans de nombreux pays , les lobbyistes des entreprises ont inventé les régimes d’autorégulation volontaire pour donner l’impression qu’ils répondent à des normes de nutrition élevés et qu’ils se soucient particulièrement de enfant. Cependant, les industries  alimentaires ont été accusés par l’Organisation mondiale de la santé de trouver des moyens de contourner les règles sur la publicité malsaine de produits pour les enfants – une pratique  qui attise l’ obésité épidémique. Ce n’est pas nouveau que l’OMS appelle à durcir la réglementation sur la publicité des aliments gras, salés et sucrés aux enfants. Cependant, tandis que le Danemark, la France, la Norvège, la Slovénie, l’Espagne et la Suède ont mis en œuvre leur code, d’autres pays sont à la traîne. Le  rapport de l’OMS met en garde également sur ​​le fait que les annonceurs utilisent de plus en plus les réseaux sociaux et les services de messagerie, comme conséquence, les industries alimentaires utilisent également ces outils pour interagir avec les enfants et pour faire la publicité de leurs produits, y compris  les plus malsains. Les industries alimentaires ont développé leurs propres sites Web qui sont attrayants pour les enfants, et les invitent à devenir fans de la marque.

L’Internet remplace rapidement la télévision, un facteur qui crée un risque encore plus grand pour les enfants, à la fois en contribuant à réduire le niveau d’activité physique des enfants et des adolescents et par  la promotion de la malbouffe. Cependant, tandis que c’est possible (et sain) de se débarrasser de la télévision sans conséquences négatives, il pourrait être difficile de se débarrasser de l’ordinateur et d’Internet, qui est devenu un outil essential à la fois pour  travailler et étudier. Des réglementations plus strictes pour prévenir les moyens sournois et moderne qui stimulent les enfants à manger de la malbouffe ne peuvent pas être reportées. De nouvelles idées pour utiliser les mêmes stratégies (néanmoins efficaces) pour promouvoir une alimentation saine sont absolument nécessaires.

Avez-vous des enfants? Comment les protégez-vous de la publicité alimentaire ? Partagez votre expérience dans la zone de commentaire ci-dessous.

Gianluca Tognon

Gianluca Tognon

Gianluca Tognon est un biologiste spécialisé en science alimentaire. Il a travaillé comme chercheur à l'Université de Göteborg (Suède) et il einsegne au Master en nutrition humaine à l'Université de Pavie. En Italie, il a publié cinq livres sur divers sujets liés à la nutrition et à la nutrition et est co-auteur de nombreuses publications scientifiques dans des nombreuses revues internationales.

Laissez un commentaire

Sign up for our Newsletter

Nous n’envoyons jamais de Spam
HAUT
Shares

Centre de préférences de confidentialité

Nécessaire

Détermine si le visiteur a accepté la boîte de consentement du cookie. Cela garantit que la boîte de consentement de cookie ne sera plus présentée lors de la nouvelle saisie.

_cmpQcif3pcsupported

La publicité

Il s’agit de cookies que Google AdWords utilise pour surveiller les performances des publicités et les diffuser aux visiteurs sur la base des sites Web qu'ils ont visités précédemment

ANID

Analytique

Ces cookies sont utilisés pour collecter des informations sur la manière dont les visiteurs utilisent notre site. Nous utilisons ces informations pour établir des rapports et nous aider à améliorer le site. Les cookies collectent des informations sous une forme anonyme, y compris le nombre de visiteurs sur le site, l'origine des visiteurs sur le site et les pages qu'ils ont consultées. Si vous n'autorisez pas ces cookies, nous ne pourrons pas inclure votre visite dans nos statistiques.

_ga, _gat, _gid, UULE, fca_eoi_pagecount, 1P_JAR

Comportementale

Google installe un certain nombre de cookies sur toute page comportant une carte Google. Bien que nous n’ayons aucun contrôle sur les cookies installés par Google, ils semblent inclure un mélange d’informations permettant de mesurer le nombre et le comportement des utilisateurs de Google Maps.

SID, SAPISID, APISID, SSID, HSID, NID